Marc Machin demande 2 millions d’euro d’indemnisation

Lundi 16 juin 2014, Marc Machin, victime d’une des plus célèbres erreurs judiciaires françaises, a réclamé près de 2 millions d’euros d’indemnisation pour le préjudice subi.

Marc Machin demande à présent une indemnisation pour sa double condamnation, en 2004 et en 2005 pour le meurtre de Marie-Agnès Bedot survenu le 1er décembre 2001. Alors qu’il purgeait sa peine, un autre homme du nom de Davis Sagno, se présenta spontanément en 2008 à la Police pour revendiquer le meurtre de Mme Bedot. Marc Machin fut définitivement innocenté de cet homicide en 2012.

Le retour de ce dernier devant un tribunal ce lundi 16 juin se déroulait dans le cadre d’une demande d’indemnisation vis à vis de l’erreur judiciaire subie. Pour les 2126 jours passés en prison, Marc Machin a demandé 1,06 millions d’euros, soit 500 euros par jour passé en détention à la place du véritable assassin. Au terme du préjudice moral, Marc Machin réclame 800 000 euros. En ajoutant les demandes de remboursement des revenus non touchés par la victime de l’erreur judiciaire pendant sa détention et les frais d’avocat, la somme demandée s’élève à 1 997 728 euros.

Marc Machin indemnisation

Marc Machin demande 2 millions d’euros d’indemnisation

De son coté, l’agent judiciaire de l’état, estime le préjudice de Marc Machin à 150 000 euros et propose cette somme en guise d’indemnisation, ce qui est bien loin du montant demandé par ce dernier. La décision du tribunal a été mise en délibéré au 30 juin 2014.

Marc Machin a expliqué avoir également rencontré des difficultés lors de ces 7 années passées en prison, notamment vis à vis des autres détenus, mais il reste peu probable que Marc Machin obtienne la totalité du montant demandé en réparation de l’erreur judiciaire commise à son encontre.

Patrick Dils, pour ces 15 années en prison pour un double infanticide pour lequel il a été, lui aussi, reconnu victime d’une erreur judiciaire détient aujourd’hui le « record » du montant d’indemnisation avec 1 million d’euros. Vient ensuite Loïc Sécher, qui a obtenu de l’État environ 800 000 euros pour ces 2652 jours de détention pour un délit qu’il n’avait pas commis alors qu’il réclamait 2 077 500 d’euros, soit à peine plus que Marc Machin.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs Nom et Courriel sont obligatoires.