Patrick Dils

Le 28 septembre 1986, Patrick Dils, alors âgé de 16 ans, découvre le corps de 2 enfants assassinés près de chez lui. Il passera 15 ans en prison pour ce double crime avant d’être acquitté.

Patrick Dils est né le 30 juin 1970 à Montigny-lès-Metz. Il est issu d’une famille de deux enfants dont il est l’aîné. Les Dils vivaient à coté d’une voie ferrée, l’express Paris-Metz.

Le 28 septembre 1986, la famille Dils revenait de leur maison de campagne après y avoir passé le weekend. Arrivé chez eux, Patrick Dils alla se promener vers la voie ferrée. C’est là qu’il découvrit deux cadavres de jeunes garçons de huit ans. La mort avait été causée par des coups de pierre sur la tête. Patrick Dils n’avait que 16 ans à cette époque.

Patrick Dils fut interpellé par la Police pour les besoins de l’enquête. Puis il fut mis en garde à vue pour trente six heures. Finalement il fut inculpé d’homicides volontaires sur les deux garçons. Après de vifs interrogatoires répétés, Patrick Dils avoua avoir commis les meurtres, sans connaître la raison de ces actes.

  • En janvier 1989, la Cour le condamna à la réclusion criminelle à perpétuité pour meurtre.

Patrick_Dils_16_ans

Patrick Dils
16 ans au moment des faits

Cependant, Patrick Dils avoua à son avocat être innocent, même si devant la juge d’instruction il réitéra sa culpabilité. D’après ses parents, il ne se rendait pas compte des conséquences de ses doubles aveux.

Sept mois après les faits, personne n’avait trouvé de réponses claires à ce double meurtre. Il semble que l’inspecteur de police qui était chargé de l’enquête orienta alors ses recherches pour démontrer la culpabilité de Patrick Dils. Les parents de ce dernier étaient convaincus que cet inspecteur et la juge d’instruction à cette époque avait besoin d’un coupable pour clore l’enquête.

En dépit de la condamnation de Patrick Dils, ses avocats continuèrent de chercher des moyens pour prouver son innocence. En juillet 1990, Les parents de Patrick Dils formulèrent une demande en révision auprès de la Cour de cassation. Mais elle fut rejetée, faute de nouveaux éléments.

Livre

Titre et auteur

dils heaulme L’affaire Dils Heaulme – La contre-enquête
Emmanuel Charlot – 2014
Je voulais juste rentrer chez moi Je voulais juste rentrer chez moi
Patrick Dils – 2003

En mai 1994, Patrick Dils demanda au Président de la République française, François Mitterrand, de lui octroyer une grâce présidentielle. Mais ce dernier répondit qu’il n’accordait jamais de grâce à un meurtrier d’enfants.

  • Rebondissement en 1997 quand il fut confirmé que le tueur en série Francis Heaulme était présent dans la région au moment des meurtres

En octobre 1997, de nouveaux faits marquèrent l’affaire. L’adjudant de la gendarmerie, Jean François Abgrall, enquêteur en charge du dossier de Francis Heaulme, un tueur en série, remettait en examen ce dernier pour une autre affaire. Il était condamné pour homicide et détenu à la maison d’arrêt de Brest.

L’adjudant rédigea un procès verbal relatant des propos troublants de Francis Heaulme. Ce dernier avait avoué être présent sur les lieux du crime de Montigny-lès-Metz ce jour là. Il précisa qu’il était passé du côté de la voie ferrée à vélo et que deux enfants lui avaient jeté des pierres. Un peu plus tard, il était repassé le long de la voie et avait découvert le corps de deux enfants non loin des poubelles et des wagons. Mais il ne reconnu pas être le meurtrier de ces enfants.

Pourtant, les enfants ont été tués d’une manière très similaire à celle utilisée par Francis Heaulme pour ses autres meurtres.

  • Sans pourtant faire de lui un assassin, les éléments nouveaux apportés par le témoignage de Francis Heaulme, remettaient en cause la culpabilité de Patrick Dils.

Francis Heaulme aux assises

Francis Heaulme

Le 27 mars 1998, l’avocat Jean-Marc Florand reformula une requête en révision auprès de la Cour de Cassation. Cette dernière accepta la requête en se fondant sur l’existence d’éléments nouveaux. Le magistrat désigné par la Cour, interrogea Francis Heaulme et obtint de nouvelles informations renforçant les propos inscrits dans le procès verbal.

En septembre 1986, Francis Heaulme était employé dans une entreprise se trouvant juste à 400 mètres de l’endroit du double meurtre. Il reconnu avoir vu les deux enfants à l’endroit même du crime, et avoir reçu les coups sur la tête.

En 1999, la commission décida alors de soumettre à nouveau le dossier de Patrick Dils devant la chambre criminelle de la Cour de cassation. Puis en 2001, la Cour décida d’annuler les charges portées sur Patrick Dils mais ne lui permit pas de recouvrir sa liberté, en attendant de rejuger l’affaire.

En 2002, le procès de cette affaire se tint pour une troisième fois. Devant la barre, Patrick Dils relata les endurances vécues en prison. Il a été torturé, tabassé et violé.

Dans cette affaire, sa culpabilité n’avait été fondée que sur des aveux de sa part, sans qu’aucune preuve ni témoin oculaire n’ait pu confirmer ses dires. En plus, des incohérences se trouvaient dans le dossier initial. Par exemple, il était établi que les enfants étaient décédés vers 17h alors que Patrick Dils ne rentra chez lui ce jour là que vers 18h45.

  • Les membres du jury statuèrent sur l’affaire et décidèrent d’acquitter Patrick Dils.

Patrick Dils acquittement

Patrick Dils le soir de son acquittement

Le soir de son acquittement, le 24 avril 2002 à 22h 10, il sortit de prison après avoir passé quinze longues années en détention à cause d’une erreur judiciaire. Devant les journalistes ainsi que sa famille, il exprima son bonheur et son soulagement d’être remis en liberté.

Cependant, en 2007, Francis Heaulme, le tueur en série, qui était officieusement tenu pour responsable du meurtre des deux enfants, bénéficia d’un non lieu. Les traces d’ADN relevées à l’endroit du meurtre et sur les victimes ne correspondaient pas à celles retrouvées sur son pantalon.

Les charges portées à l’encontre de Francis Heaulme étaient trop faible, d’autant que ce dernier a toujours nié. Cela remet de nouveau le doute sur l’affaire du double meurtre.

Mais selon les spécialistes en criminologie, Francis Heaulme avait intérêt de nier ce crime, malgré ces multiples condamnations précédentes. En effet, les relations qu’il continue à entretenir avec sa sœur risquait de cesser s’il était coupable de ces deux infanticides.

Sur la question de l’indemnisation de Patrick Dils suite à l’erreur judiciaire, l’État français lui octroya la somme d’un million d’euros à titre de dédommagement pour tout préjudice subi.

Malgré son non lieu en 2007, Francis Heaulme fut jugé pour ce double meurtre en 2017, soit plus de trente ans après les faits. Il fut condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour le double infanticide de Montigny-les-Metz.

20 thoughts on “Patrick Dils

  1. Michelle Nicolas

    avril 26, 2017 at 10:29

    Non non c’est une erreur monumentale…. Mr Dils est innocent, ce n’est pas lui qui a tué ces deux enfants… il était beaucoup trop jeune et influençable !!

  2. Michelle Nicolas

    avril 26, 2017 at 9:48

    Dils est l’assassin des gamins…. il a reconnu à l’époque la pierre qui a tué ! Pierres multiples qui lui avait été présentées !!!! C’est une pourriture […] ce mec !!!!

  3. Peps

    décembre 27, 2016 at 11:45

    Hallucinant ….. Le moyen-age n’est pas si loin que ça, on prend un jeune innocent, on lui fait avouer un crime sans preuves ni témoins et on l’envoie en prison pendant 15 ans. L’enquête est un exemple de bêtise humaine digne de l’inquisition ….

  4. tihenry

    août 21, 2016 at 2:05

    il n’y a pas pire criminel que les procureurs.
    J’en connais un qui a participé à l’assassinat en Guadeloupe d’Henri Vaitilingon et qu’il aurait classé en mort naturelle. Le fait de lui avoir dénoncé, la justice tente de me réduire au silence par faux procès auquel je suis jamais convoqué et condamné à de la prison ferme
    j’aimerai savoir ce qu’il faut faire pour que ce procureur soit arrêté pour les crimes qu’il a commis […]

  5. LANDAIS BERNARD

    août 3, 2016 at 10:42

    L’erreur judiciaire dans l’affaire Dils est bien loin d’être un cas unique : la soi disant justice est écœurante, des procureurs et juges gagnant 15 000 à 20 000 euros par mois et faire d’aussi graves erreurs judiciaires et hyper protégés, totalement impunis car jamais sanctionnés par le ministère de la justice : c’est révoltant.
    Moi et ma femme avons subis de très graves et multiples problèmes d’insécurité de voisins voyous durant 8 ans dont agression à domicile avec intention de meurtres à notre égard : mais les autorités ; maire + avocat ,et divers autres avocats police ; procureurs successifs sont tous restés en permanence dans une totale désinvolture.
    Donc ainsi protègent sans cesse les voyous et nous laissant nous victimes sans secours et en totale détresse. A quand des sanctions envers les autorités dont les magistrats quand ceux ci sont tant inhumains; malhonnêtes ; désinvoltes ?

  6. fuster

    juillet 28, 2016 at 6:23

    Que faisaient deux enfants de huit ans dans un endroit aussi éloigné et seuls ??? on est pas à Paris !! c’est la campagne .. moi à 10 ans je partais pêcher seul .. le plus troublant dans cette affaire c’est que Patrick Dils n’est intéressé que par l’argent ! l’inspecteur Varlet et ses collègues ont même été attaqué en justice .. pour du fric .. bien sur par Dils .. et reste sur leurs position .. Dils est coupable .. pourtant ils sont retraités et loin de tout ça !!

  7. yoloswag

    septembre 24, 2015 at 5:20

    pourquoi a-t-il avoué être coupable s’il ne l’était pas ?

    • Betise

      août 2, 2016 at 11:25

      Tu es débile ou tu le fais exprès? Il est resté 36 heures en garde à vue, seul dans une cellule entre 4 murs de béton, avec juste des toilettes, le temps ne passe pas, les enquêteurs lui disent que s’il avoue il va rentrer chez lui, il est a bout, fatigué… vas en garde à vue et tu comprendras 🙂 Tu es prêt à tout avouer si tu penses pouvoir rentrer chez toi 🙂

  8. Amel

    mai 25, 2015 at 4:00

    Excusez-moi, je fais un exposé et je voudrais les étapes du procès…

      • choo choo

        mars 14, 2016 at 3:42

        Moi aussi gros, j’aimerai bien avoir les différentes étapes

  9. Catwoman Winny

    avril 4, 2015 at 12:30

    Réponse à Dan!
    « Que faisaient deux enfants de huit ans dans un endroit aussi éloigné et seuls ? Les parents ont une part de responsabilité car à cet âge un enfant ne doit pas traîner seul. »
    Est-ce que vous direz la même chose des parents de Julie & Melissa, Anne & Eefje, etc… Victimes de l’ennemie publique Belge n°1 « Marc Dutroux, Michelle Martin, Michel Lelièvre »? De plus, les 2 filles Julie & Melissa étaient encore plus jeune je crois.
    Vous devez avoir honte de dire des choses pareilles sur les parents des enfants violés et/ou tués!
    Avez-vous des enfants?
    Si oui, je ne vous souhaite jamais vivre ce genre de cauchemar car personne ne le mérite!
    Avez-vous des enfants et le destin en décide autre chose? J’espère qu’on vous considéra également comme responsable. Tout comme vous venez de faire!

  10. google

    octobre 5, 2014 at 7:55

    L’affaire Patrick Dils. 15 ans de prison avant d’être innocenté

    • Cho cho kkO

      mars 14, 2016 at 3:44

      L’affaire Patrick Sébastien. 70 ans de crime et pas encore condamné.

  11. Alain

    septembre 25, 2014 at 2:42

    Ne critiquons pas trop les parents de ces deux jeunes victimes, quand même !
    Un peu quand même, mais à mon époque (années ’60), déjà si passionné de tomber sur des plantes sauvages, et un peu d’insectes, avec des petits cousins en Auvergne par exemple, je ‘traînais’ un peu trop pour ça, sans faire de bêtises dans les vergers ou autre… Mais comme on dit, ‘va savoir’ si nous aurions pu risquer des mauvaises rencontres… mais vous savez, à cette époque c’était encore le paradis enfantin (même si des fois fessées ou martinet, bon…) et puis c’était l’Auvergne, comme je vous le disais…
    Mais ce n’est pas cela qui me trouble beaucoup, bien plus en fait: Ceux ou ces juges (sans doute véreux ou marrons, si peu que ce soit mais ils en étaient !) qui avaient « condamnés » injustement et en plus même si Patrick n’avait clamé et re-clamé injustice 15 ans sans qu’on l’écoutât et qu’on s’était rendu compte qu’on avait ‘déconné’, ou simplement n’avait dit que n’importe quoi parce que ça les arrangeait bien…
    La prétendue justice dont je crois plus rien, surtout après Burgaud (un soi-disant juge, mais oui…) et la flicaille de ripoux peut-être (et sûrement sans doute) pour qu’on y arrive maintenant ! Ah, si j’avais été Zola, j’aurais été plus dangereux pour cette société plus que douteuse et bourgeoise, évidemment !
    Qu’on me réponde si on n’est pas d’accord, je viens de regarder X fois le film ‘Présumé Coupable’ et relis (oui, re-lis !) le bouquin de Alain Marécaux !
    Je signe bien : Alain NÉGRERIE, 65 ans, ça ne me fait pas peur qu’on le sache, au contraire.

  12. Dan

    mars 31, 2014 at 8:30

    Que faisaient deux enfants de huit ans dans un endroit aussi éloigné et seuls ? Les parents ont une part de responsabilité car à cet âge un enfant ne doit pas traîner seul.

    • Yo

      mai 31, 2014 at 2:09

      Va dire ça aux parents pour voir ce qu’ils en pensent si tu as les cou**les

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs Nom et Courriel sont obligatoires.