Affaire d’Outreau : Le nouveau procès de Daniel Legrand

Aberration procédurale pour certains, moment où la vérité éclatera enfin pour d’autres. Le 19 mai 2015 débute le nouveau procès de Daniel Legrand fils dans l’affaire d’Outreau.

Daniel Legrand fils, comme son père dont il porte les mêmes nom et prénom, fait parmi des 13 personnes inculpées puis innocentées dans l’affaire d’Outreau, cette terrible affaire qui a marqué à jamais la justice française au début des années 2000.

C’était le plus jeune de ces 13 personnes qui ont été jugées dans cette affaire. Il fut condamné à trois ans de prison au procès de Saint-Omer en 2004. Ceci alors que l’accusation s’était écroulée en plein milieu des débats avec les rétractations de la principale accusatrice, Myriam Badaoui. Il dut attendre fin 2005 pour être définitivement acquitté.

Définitivement ? Pas si sûr. Car par le biais d’une subtilité de la justice, Daniel Legrand fils va être rejugé à partir du 19 mai 2015 pour les faits commis à Outreau. Cette fois ci en tant que mineur au moment des faits. En effet, une partie des événements qui ont eu lieu à Outreau s’étant passé quand Daniel Legrand fils n’avait pas 18 ans, seule une cours d’assises pour mineurs peut le juger pour cette période, ce qui n’avait pas été fait.

  • Que faut-il attendre du nouveau procès de Daniel Legrand fils ?

daniel legrand fils

Daniel Legrand fils

Étant donné le traumatisme qu’avait engendré l’affaire d’Outreau, à l’issue de laquelle le ministre de la justice et le président de la république française avaient présenté des excuses, beaucoup pensait que, bien que techniquement possible, ce procès devant une cour d’assise pour mineurs n’aurait pas lieu.

Cependant, une association de protection des enfants a demandé d’aller au bout du processus judiciaire. Bien qu’ayant été reconnu innocent pour les mêmes faits en 2005 en tant qu’adulte, Daniel Legrand fils sera donc jugé, à partir du 19 mai 2015, devant la cour d’assises des mineurs de Rennes.

Procès pour la forme, inutile et blessant pour Daniel Legrand fils ? Ou procès au cours duquel des révélations inédites ou des rebondissements surgiront et éclaireront d’un nouveau regard cette affaire ? 15 ans après les faits, l’affaire d’Outreau n’a pas fini de faire parler d’elle

Revue de presse autour du documentaire « Outreau, l’autre vérité »

Malaise, controverse, polémique, … Ce sont les mots qui sont revenus les plus souvent sous la plume des journalistes pour qualifier le documentaire Outreau, l’autre vérité sorti en salle le 6 mars dernier. Revue de presse autour du documentaire.

Il y a tout d’abord les journalistes septiques. A l’instar de Camille Polloni de Rue89 qui juge que le documentaire Outreau, l’autre vérité « jette le doute sans preuves« . Pour elle, il a été procédé à « des témoignages orientés« . 20minutes.fr « aurait aimé que son argumentation soit plus solide quand il remet en doute l’innocence d’anciens prévenus qui ont déjà beaucoup souffert« .

Arrivent ensuite les journalistes ouvertement critiques comme Emmanuelle Réju de la-croix.com Il qui voit dans Outreau, l’autre vérité un documentaire dans lequel « le réalisateur n’apporte aucun fait nouveau« . Il ajoute que « à la place nous est servie la thèse d’un improbable complot politique« . Tout comme Stéphane Durand-Souffland du Figaro, qui annonce d’emblée la couleur en commençant son article par « Partant du postulat erroné que les enfants victimes de cette affaire de pédophilie n’ont pas été entendus, Serge Garde se lance dans une démonstration éminemment contestable »

  • Des avis partagés sur Outreau, l’autre vérité

Outreau, l'autre véritéParmi ceux qui trouvent des qualités au documentaire Outreau, l’autre vérité, on notera l’avis de Thibaut Solano de La Montagne. « Pour autant, on aurait tort de rejeter en bloc ce documentaire« . Car « il met en évidence plusieurs aspects de l’affaire méconnus car peu (voire pas) relayés par les médias à l’époque« .

Également Claire Steilen du télégramme.com qui conclu son article en notant que « ce nouveau documentaire atteint son but en réhabilitant la parole des enfants. Mais il pose aussi bien des questions. Notamment sur la connivence entre la presse et la défense, pas forcément au service de la vérité. »

On peut également se poser des questions sur le crédit à donner à certains commentaires. Me Eric Dupond-Moretti a qualifié le documentaire Outreau, l’autre vérité de « poisseux, « visqueux » et « malhonnête ». A noter qu’il est l’avocat d’une des treize personnes acquittées.

Devant ces attaques, Serge Garde, le réalisateur s’attache à rappeler que son documentaire « Outreau, l’autre vérité part de la parole des grands oubliés de cette affaire. Personne ou quasiment ne sait qu’il y a eu douze enfants reconnus victimes par la justice. Cette même justice qui a acquitté treize des accusés. Ces enfants, on les a complètement oubliés ».

Quant à Bernard de la Villardière, il indique que « Ce n’est pas une contre enquête. Je ne remets pas en question le verdict et l’acquittement« .